Journée d’études “Figures sensibles de la traversée en Méditerranée” – 30 septembre 2022, MMSH

Istock by Getty Images, image libre de droit, ©danielsbfoto

Journée d’études30 septembre 2022 – salle Paul-Albert Février, MMSH

Parmi les moyens de circulation, le ferry est plus qu’un moyen de transport, il est un trait d’union qui jalonne l’expérience migratoire et favorise une expérience de la mobilité en train de se faire, d’un espace à un autre, sans qu’elle soit jamais stabilisée, toujours en train de se recomposer au gré des récits de la traversée. C’est pourquoi, cette journée d’études cherche précisément à porter l’attention sur les dynamiques de l’entre-deux alors que l’on n’est plus « ici » et pas encore « là-bas » et que se redessinent les identités et les appartenances.

Les mobilités seront donc appréhendées comme des pratiques de circulation en train de se faire dans un entre-deux spatial, temporel, culturel, social et linguistique, des mobilités révélatrices d’enjeux à l’échelle de sociétés en mutation. À l’écart des représentations médiatiques des migrant.e.s qui mobilisent l’image des flux et les invisibilisent, nous chercherons à reconstituer des portraits sensibles de la traversée, à comprendre les imaginaires qui les portent et plus largement à éclairer à les dynamiques mémorielles contemporaines à l’aune de celles du passé.

Le programme de la journée sera publié prochainement.

Participation à GlobalMed – 2 juin 2022

Le projet CARGO participera à la première rencontre annuelle du réseau de recherche international GlobalMedLa Méditerranée et le monde de la Préhistoire à nos jours. Approches interdisciplinaires et internationales“, qui se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme le 2 juin 2022.

Coordonné par la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, ce réseau de recherche associe les unités de recherche de la MMSH, les instituts d’établissement ARKAIA et SOMUM, et leurs partenaires de recherche à l’international (UMIFRE, EFE et institutions étrangères).

Ses divers partenaires se réunissent autour d’une approche globale de la Méditerranée, prêtant une attention particulière aux connexions humaines, culturelles, sociales, matérielles et environnementales entre la Méditerranée et le monde, de la Préhistoire à nos jours.

Télécharger le programme de la journée et consulter la liste des posters qui seront présentés lors de cette rencontre.

Croiser les regards sur le naufrage à partir d’une image photographique

Le thème du naufrage (comme celui du sauvetage) est structurant des récits de traversées maritimes. Mais, que peut nous apprendre le naufrage d’un bateau de croisière ? Quels sont les mots utilisés pour le (d)écrire, le comprendre ? Quels savoirs mobilise-t-on pour en parler, pour le mettre en récit ? Deux regards sont ici posés sur cette image et la questionnent.

Le bateau de Croisière Costa Concordia • Crédits : ANSAMaxppp

Elise SAPENA  et Prune CUEFF, étudiantes en licence de sociologie, commencent leur description en situant la temporalité de cette prise de vue : elle a eu lieu le 13 janvier 2012, après l’évacuation des passagers du bateau. Elles identifient ensuite plusieurs niveaux de description de l’image, en expérimentant des écritures variées, qui vont du commentaire d’informations contextuelles jusqu’à la formulation de questions et d’hypothèses concernant les enjeux sociaux que cet événement fait émerger :

La mer semble calme et la luminosité peut prouver du beau temps. Au premier plan on voit des rochers avec de la végétation verte, peut-être les côtes d’une île. De plus, on voit la mer qui laisse apparaitre ses fonds, on suppose qu’il n’y a pas une grande profondeur puisque l’eau bleue est très claire. Au second plan on voit un paquebot de croisière, couché sur le côté à l’horizontale, à moitié dans l’eau de la mer. Il est très proche des côtes. Tout autour il y a une délimitation faite avec des lignes de flotteurs. On compte 5 bateaux à l’intérieur de cette délimitation. Et au troisième plan on voit 9 autres bateaux à l’extérieur de cette délimitation. On peut supposer que ce sont des gardes côtes, des techniciens, des autorités, des journalistes ou des bateaux qui évacuent les passagers, personnels.”

Les deux étudiantes interrogent ensuite la notion de “progrès technique” de nos sociétés contemporaines, comme synonyme d’une simplification des conditions de vie et du bénéfice économique comme à la fois un objectif et un résultat de ce phénomène. Leur analyse les amène à critiquer la notion du progrès et la conception des sociétés qui va avec, car selon elles, l’importance des considérations économiques peut placer l’humain au second plan, en donnant lieu à cet ordre d’événements.

Leur analyse rejoint celle de Delphine Saltel, réalisée pour l’émission Les Pieds sur terre” de France Culture, et pour un épisode portant sur le thème du naufrage qui est à retrouver sur le lien suivant : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/naufrages

Dire la traversée par ses lignes : trajet ou déplacement ? Quel (est le) sens du mouvement ?

par Pablo Signoret, Angelin Cianfarani, Charline Muller

Cette image interactive représente une mappemonde à laquelle sont rajoutés des milliers de petits surfacés ponctuels. Elle est issue d’un outil numérique qui agglomère les informations de chaque navire (cargo, chalutier, paquebot, navire-citerne, pétrolier, yachts, bateaux de pêche et de plaisance ou autres) recueillie en temps réel grâce à la technologie GPS (Global Positioning System) inclue dans les transpondeurs AIS (Automatic Indentification System). Ces transpondeurs sont obligatoires sur les bâtiments d’une certaine taille depuis 2004.

Cette carte indique la position de chacun des navires grâce à des petits libellés ponctuels qui suivent deux codes. Un code couleur qui indique la fonction des navires (bleu : navire de transport de passagers ; vert : cargo ; rouge : navire-citerne ; bleu clair : remorqueur ; …) et un code surfacique qui indique le mouvement et la direction des bâtiments (une flèche pour les navires en mouvement et un carré pour les navires stationnaires). Enfin l’application intègre également un outil météorologique qui indique la direction et la force des vents, les températures à la surface, et les précipitations qui peuvent ou non apparaître sur la carte.

Il s’agit donc d’une carte qui nous permets d’avoir un cliché à l’instant présent de tous les flux maritimes qui s’opèrent dans le monde. On voit apparaître une géographie de flux zonale qui se concentre le long des côtes et sur certaines routes maritimes bien établies (transatlantique par exemple).

Cette image nous offre une autre vision de l’espace maritime et remet en question le concept de traversée. Ici on voit le rôle prépondérant du trafic maritime dans la globalisation. On voit nettement apparaître les grands espaces d’échange là où se concentrent les navires. On pourrait citer les canaux de Suez et de Panama, le détroit de Malacca ou d’Ormuz, la mer de la Manche, le cap de Bonne Espérance, le golfe du Congo, etc… Cette image est représentative de la grande activité maritime et économique qui anime ces lieux stratégiques.

Dans cette image l’humain n’est pas évoqué, seuls les navires importent. On peut connaître leur origine, leur date de construction, leur destination ou encore leur itinéraire. La traversée n’est donc plus une aventure humaine incertaine. Ici il s’agit d’une activité routinière, un socle inamovible qui assure la stabilité du système de libre-échange. L’exploit de la traversée n’existe plus, adieu Christophe Colomb et la Santa Maria. Et ce genre d’outil peuvent nous amener à penser que les naufrages ne peuvent plus se produire, adieu le Titanic.

Sur cette carte les seules frontières qui apparaissent sont celles des continents, l’espace maritime est devenu une grande nation commerciale. Les navires vont et viennent à leur bon gré, il n’existe pas d’obstacles à leur avancée. Au contraire la traversée est assurée, sécurisée par des équipements performants comme celui que l’on décrit en ce moment même. L’état du navire est connu à tout moment et on peut vérifier en temps réel sa position ou son état.

Ce genre d’outil nous donne à voir les espaces maritimes en perspective de la financiarisation et de la mondialisation. Ils sont également les témoins de ce qu’Ulrich Beck appelle « la société du risque » ou les assurances et les canaux de communications détiennent un pouvoir quasi divin sur le devenir du monde.

Ces images évoquent également la puissance du commerce maritime. Les navires croisent le long de toutes les côtes habitées du globe et les routes maritimes sur les océans sont surfréquentées. On voit ici l’importance de la logistique et du transport de marchandises pour assurer la pérennité de notre modèle économique, basé sur une croissance constante et une consommation de masse. On peut se demander ce qu’aurait donné ce cliché il y a 20 ou 40 ans.

Enfin cette flotte innombrable nous rappelle les conséquences environnementales du libre-échange. Bien sûr l’application ne nous indique pas les consommations d’énergies de chaque navire, leur émission de gaz à effet de serre, la composition du navire (amiante ?) ou encore les matières dangereuses qu’ils pourraient transporter. Ce semblant d’assurance que nous permettent ces outils de supervision se transforme en catastrophe écologique, économique et sociale lorsqu’un de ces navire sombre dans les profondeurs. Nous pourrions par exemple évoquer le cas du pétrolier Erika, un pavillon maltais affrété par la compagnie Total qui fit naufrage au large de la Bretagne en 1999 entrainant une marée noire qui reste comme un événement sombre dans les esprits des riverains. Voilà donc ce que peut nous évoquer une « simple » image. La technologie nous permet de voir un visage différent des espaces maritimes. Cela dit avec un peu d’extrapolation on peut affirmer qu’il y a anguille sous roche et que cette image n’est qu’un arbre qui cache une forêt d’enjeux sociaux. 

Séminaire itinérant – Balade urbaine et patrimoniale à Marseille

[Vidéo] Retour en images entre passé et présent sur les traces des passagers avant et après la traversée de la Méditerranée.

Dans le cadre du projet CARGO, soutenu par l’Institut Sociétés en Mutation en Méditerranée (SoMuM), un séminaire itinérant prend la forme d’une balade urbaine à Marseille sur les traces des passagers qui sillonnaient la Méditerranée à bord des ferrys.

Revenir sur ces traces et explorer les dimensions patrimoniales de cette économie de la traversée a pour objectif de sensibiliser aux différents contextes (économiques, politiques, touristiques, sociaux…) afin de faire émerger différentes figures de la mobilité.

Le projet CARGO s’inscrit dans une approche résolument interdisciplinaire et expérimentale qui cherche à montrer à partir de récits de la traversée en Méditerranée l’immigration en train de se faire, au prisme des mots, des récits et des ambiances sonores.

Ce séminaire s’adresse aux masterants du périmètre de l’Institut SoMuM, établissement d’Aix-Marseille Université.

Coordination : Saïd Belguidoum – IREMAM (UMR 7310) – MMSH – said.belguidoum[at]wanadoo.fr, Constance De Gourcy – MESOPOLHIS (UMR 7064) – MMSH – constance.degourcy[at]univ-amu.fr

Date et horaires
Mercredi 15 décembre 2021 – 14h à 17h – départ Place Jules-Guesde (Marseille)

Nuit européenne des chercheurs 2021

Vendredi 24 septembre 2021, la Radio Grenouille était en public, depuis la Place des Martyrs de la résistance d’Aix-en-Provence, à l’occasion de la Nuit européenne des chercheurs, organisée par l’Université d’Aix-Marseille.

L’agence de voyages de la Nuit Européenne des Chercheurs de 2021 a invité la Radio Grenouille à partager une même soirée avec des chercheurs dans plus d’une centaine de villes d’Europe. Grâce à une carte interactive, le public a pu voyager et expérimenter tout au long de cette Nuit des chercheurs.

Des projets au croisement de la science et de l’art, de la science et la fiction, de la sciences dure et de sciences humaines ont été présentés.

Pour le projet CARGO, le thème de la Méditérannée a été discuté par Christian Delecluse, plasticien, architecte et créateur sonore et Constance De Gourcy, sociologue.

Écoutez leur intervention ici.

CARGO

FR

Ce carnet présente l’actualité et les résultats du projet de recherche « CARGO – Figures et sonorités silencieuses de la traversée en Méditerranée », soutenu par l’Institut SOMUM d’Aix-Marseille Université. CARGO aborde sous un angle renouvelé la question des mobilités, des identités et des appartenances en Méditerranée et pose un regard sensible sur la traversée, sur la navigation, sur la migration, et plus généralement sur les échanges entre les peuples qui ont nourri les civilisations méditerranéennes, entre passé et présent.


Vous y trouverez des restitutions de l’enquête multi-située déployée dans le cadre du projet, sous forme de récits de traversées, d’interviews, d’images et de captations sonores. Ces matériaux construisent un écho de ce qui fait l’unité de la Méditerranée par-delà ses divisions, séparations, différences.

Les registres de l’art et des sciences sociales s’imbriquent dans cet espace d’expérimentation à la rencontre entre la recherche, la création et la société civile, pour contribuer à alimenter les réflexions sur la Méditerranée. Vous y trouverez l’actualité des publications académiques, numériques et grand public, ainsi que les traces des installations artistiques réalisées dans les ports et les escales impliqués.

EN

This platform  aims to present the evolution and the results of “CARGO – Figures and silent sonorities of crossing the Mediterranean”, a research project supported by the SOMUM Institut of the University of Aix-Marseille. CARGO approaches mobilitiy, identitiy and belonging in the Mediterranean through a renewed angle, adopting a sensible point of view on crossing, navigation, migration, and more generally exchanges between the peoples who have nourished the Mediterranean civilisations, between past and present.

Here you will find the results of CARGO multi-situated enquiry, which will be published through the prism of stories, interviews, pictures and soundscapes of sea crossings. All these materials contribute to create an echo of the unity of the Mediterranean sea, besides its divisions, discords, and differences.

The register of art and that of social sciences weave together in this experimental fieldwork, where research, creation and civil society meet, for nourishing reflexions on the Mediterranean identity. You will also find academic publications and their dissemination, as well as some excerpts of artistic installations in the involved ports.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search