Croiser les regards sur le naufrage à partir d’une image photographique

Le thème du naufrage (comme celui du sauvetage) est structurant des récits de traversées maritimes. Mais, que peut nous apprendre le naufrage d’un bateau de croisière ? Quels sont les mots utilisés pour le (d)écrire, le comprendre ? Quels savoirs mobilise-t-on pour en parler, pour le mettre en récit ? Deux regards sont ici posés sur cette image et la questionnent.

Le bateau de Croisière Costa Concordia • Crédits : ANSAMaxppp

Elise SAPENA  et Prune CUEFF, étudiantes en licence de sociologie, commencent leur description en situant la temporalité de cette prise de vue : elle a eu lieu le 13 janvier 2012, après l’évacuation des passagers du bateau. Elles identifient ensuite plusieurs niveaux de description de l’image, en expérimentant des écritures variées, qui vont du commentaire d’informations contextuelles jusqu’à la formulation de questions et d’hypothèses concernant les enjeux sociaux que cet événement fait émerger :

La mer semble calme et la luminosité peut prouver du beau temps. Au premier plan on voit des rochers avec de la végétation verte, peut-être les côtes d’une île. De plus, on voit la mer qui laisse apparaitre ses fonds, on suppose qu’il n’y a pas une grande profondeur puisque l’eau bleue est très claire. Au second plan on voit un paquebot de croisière, couché sur le côté à l’horizontale, à moitié dans l’eau de la mer. Il est très proche des côtes. Tout autour il y a une délimitation faite avec des lignes de flotteurs. On compte 5 bateaux à l’intérieur de cette délimitation. Et au troisième plan on voit 9 autres bateaux à l’extérieur de cette délimitation. On peut supposer que ce sont des gardes côtes, des techniciens, des autorités, des journalistes ou des bateaux qui évacuent les passagers, personnels.”

Les deux étudiantes interrogent ensuite la notion de “progrès technique” de nos sociétés contemporaines, comme synonyme d’une simplification des conditions de vie et du bénéfice économique comme à la fois un objectif et un résultat de ce phénomène. Leur analyse les amène à critiquer la notion du progrès et la conception des sociétés qui va avec, car selon elles, l’importance des considérations économiques peut placer l’humain au second plan, en donnant lieu à cet ordre d’événements.

Leur analyse rejoint celle de Delphine Saltel, réalisée pour l’émission Les Pieds sur terre” de France Culture, et pour un épisode portant sur le thème du naufrage qui est à retrouver sur le lien suivant : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/naufrages


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search