Dire la traversée par ses lignes : trajet ou déplacement ? Quel (est le) sens du mouvement ?

par Pablo Signoret, Angelin Cianfarani, Charline Muller

Cette image interactive représente une mappemonde à laquelle sont rajoutés des milliers de petits surfacés ponctuels. Elle est issue d’un outil numérique qui agglomère les informations de chaque navire (cargo, chalutier, paquebot, navire-citerne, pétrolier, yachts, bateaux de pêche et de plaisance ou autres) recueillie en temps réel grâce à la technologie GPS (Global Positioning System) inclue dans les transpondeurs AIS (Automatic Indentification System). Ces transpondeurs sont obligatoires sur les bâtiments d’une certaine taille depuis 2004.

Cette carte indique la position de chacun des navires grâce à des petits libellés ponctuels qui suivent deux codes. Un code couleur qui indique la fonction des navires (bleu : navire de transport de passagers ; vert : cargo ; rouge : navire-citerne ; bleu clair : remorqueur ; …) et un code surfacique qui indique le mouvement et la direction des bâtiments (une flèche pour les navires en mouvement et un carré pour les navires stationnaires). Enfin l’application intègre également un outil météorologique qui indique la direction et la force des vents, les températures à la surface, et les précipitations qui peuvent ou non apparaître sur la carte.

Il s’agit donc d’une carte qui nous permets d’avoir un cliché à l’instant présent de tous les flux maritimes qui s’opèrent dans le monde. On voit apparaître une géographie de flux zonale qui se concentre le long des côtes et sur certaines routes maritimes bien établies (transatlantique par exemple).

Cette image nous offre une autre vision de l’espace maritime et remet en question le concept de traversée. Ici on voit le rôle prépondérant du trafic maritime dans la globalisation. On voit nettement apparaître les grands espaces d’échange là où se concentrent les navires. On pourrait citer les canaux de Suez et de Panama, le détroit de Malacca ou d’Ormuz, la mer de la Manche, le cap de Bonne Espérance, le golfe du Congo, etc… Cette image est représentative de la grande activité maritime et économique qui anime ces lieux stratégiques.

Dans cette image l’humain n’est pas évoqué, seuls les navires importent. On peut connaître leur origine, leur date de construction, leur destination ou encore leur itinéraire. La traversée n’est donc plus une aventure humaine incertaine. Ici il s’agit d’une activité routinière, un socle inamovible qui assure la stabilité du système de libre-échange. L’exploit de la traversée n’existe plus, adieu Christophe Colomb et la Santa Maria. Et ce genre d’outil peuvent nous amener à penser que les naufrages ne peuvent plus se produire, adieu le Titanic.

Sur cette carte les seules frontières qui apparaissent sont celles des continents, l’espace maritime est devenu une grande nation commerciale. Les navires vont et viennent à leur bon gré, il n’existe pas d’obstacles à leur avancée. Au contraire la traversée est assurée, sécurisée par des équipements performants comme celui que l’on décrit en ce moment même. L’état du navire est connu à tout moment et on peut vérifier en temps réel sa position ou son état.

Ce genre d’outil nous donne à voir les espaces maritimes en perspective de la financiarisation et de la mondialisation. Ils sont également les témoins de ce qu’Ulrich Beck appelle « la société du risque » ou les assurances et les canaux de communications détiennent un pouvoir quasi divin sur le devenir du monde.

Ces images évoquent également la puissance du commerce maritime. Les navires croisent le long de toutes les côtes habitées du globe et les routes maritimes sur les océans sont surfréquentées. On voit ici l’importance de la logistique et du transport de marchandises pour assurer la pérennité de notre modèle économique, basé sur une croissance constante et une consommation de masse. On peut se demander ce qu’aurait donné ce cliché il y a 20 ou 40 ans.

Enfin cette flotte innombrable nous rappelle les conséquences environnementales du libre-échange. Bien sûr l’application ne nous indique pas les consommations d’énergies de chaque navire, leur émission de gaz à effet de serre, la composition du navire (amiante ?) ou encore les matières dangereuses qu’ils pourraient transporter. Ce semblant d’assurance que nous permettent ces outils de supervision se transforme en catastrophe écologique, économique et sociale lorsqu’un de ces navire sombre dans les profondeurs. Nous pourrions par exemple évoquer le cas du pétrolier Erika, un pavillon maltais affrété par la compagnie Total qui fit naufrage au large de la Bretagne en 1999 entrainant une marée noire qui reste comme un événement sombre dans les esprits des riverains. Voilà donc ce que peut nous évoquer une « simple » image. La technologie nous permet de voir un visage différent des espaces maritimes. Cela dit avec un peu d’extrapolation on peut affirmer qu’il y a anguille sous roche et que cette image n’est qu’un arbre qui cache une forêt d’enjeux sociaux. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search